quinquarâle

Enfin senior ? Foutaise !

Votre Quinqua préférée revient d’un salon consacré aux seniors.

Entre stands dédiés aux baignoires avec porte, aux douches adaptées, aux chemins lumineux et autres objets de domotique ou de services à la personne et conférences relatives à l’emploi ou à l’âgisme, vieillir semble être d’une tristesse … à mourir.

On en pleurerait.

Mais penchons-nous dans un premier temps sur la définition de senior.

Votre quinqua se sentait concernée à double titre : 1/ elle se pensait senior 2/elle travaillait pour une entreprise dont un des axes de développement est – justement – tourné, depuis peu, vers les services à la personne et l’accompagnement des seniors. Elle venait donc faire quelques relations publiques autour de ce « phénomène de société », l’allongement de la durée de vie entrainant des problématiques nouvelles, à horizon 2050, de prise en charge de la santé et de l’autonomie des personnes dites « âgées ».

La question qu’elle se posa fut alors assez simple en effet. A partir de quand un individu est-il considéré comme senior ?

Et bien, c’est là que les choses se gâtent … Cela dépend d’où l’on regarde. On vous l’a déjà dit. Dans la vie, tout est question de point de vue.

Si l’on en croit le monde du travail (et là aussi les choses ne sont pas claires, que l’on soit en France ou plus largement en Europe), le droit – et donc nos charmants délégués aux ressources humaines – vous considèrent comme senior dès lors que vous passez la date fatidique des 45 ans (et de recevoir son premier relevé de carrière dans l’année suivante avant d’être contacté par les RH pour cette fameuse : seconde partie de carrière …). Une manière de vous faire sentir que vous avez atteint une certaine date de péremption. 45 ans, donc pour vos caisses de retraites ou mutuelles. Parfois 50 ans pour d’autres entreprises. Egalement à Pôle Emploi, tout comme dans les stratégies marketing, où le « + de 50 ans » est considéré tout d’un coup comme hors d’âge. Et là, ce n’est pas aussi apprécié qu’un vieux Cognac. Pour autant, l’âge de la retraite reculant, d’aucuns considèrent l’entrée dans la « senioritude » à l’âge de 60 ans (carte senior de la SNCF, tarifs seniors dans les musées …), notamment si l’on en croit l’OMS. Pour l’INSEE en revanche, sont seniors ceux qui ont franchi la barre des 55 ans …

C’est à s’y perdre. D’autant plus qu’on vous bassine à longueur de journée avec le dynamisme des « jeunes » quinquas. Livres, sites de rencontres dédiés (cf. la base line de « disonsdemain » site spécifique pour les « jeunes de plus de 50 ans »), tout est fait pour nous confirmer que les Quinquas (mais aussi ceux qui suivent, Sexagénaires, Septuagénaires …) sont de plus en plus fringants … continuant de vivre sur les chapeaux de roue, faisant mille activités, prônant avoir des relations sexuelles épanouissantes et de plus en plus nombreuses etc. etc. etc. ……. Une deuxième jeunesse, paraît-il …

D’aucuns, proches de notre quinqua, ont récemment dit que beaucoup se mettaient aux vidéos/tutos débridés … Un créneau marketing, à ce qu’il paraît, avec du business à la clef !

Un marketing dont notre quinqua a récemment été victime.

On vous l’a déjà dit, elle a eu 3 enfants. Nés dans une maternité, bien sûr. Maternité dans laquelle elle remplit – il y a donc plus de 20 ans – des abonnements à des médias spécialisés, des fichiers pour obtenir des échantillons de tout genre : couches, laits maternels etc. … dans ces abonnements souscrits, il y en avait émanant du groupe « Procter&Gamble ». Et de recevoir tout au long des évolutions de ses enfants … les premières serviettes hygiéniques de ses filles, avec concert de conseils sur « les sautes d’humeur !!!!!!! des filles à l’adolescence » (là aussi, peut-on s’étonner qu’elle n’ait jamais reçu de conseils éducatifs pour son fils du genre « votre ado boutonneux – ce qu’il n’a jamais été, ouf ! – émet des borborygmes bizarres au réveil ! » ). Et on vous le donne en mille : notre quinqua a reçu, quelques semaines après avoir franchi le cap des 50 ans, un magazine, intitulé Victoria (rien à voir avec Victoria Secret en l’occurrence) … le magazine des « ENFIN quinquas » …. Comme si c’était le truc le plus méga réjouissant qui existe !!! et de regarder l’ours de ce support pour voir qui pouvait bien lui envoyer cette chose gratuite d’une ineptie crasse … Bien sûr, vous voyez ce qu’elle découvrit … le magazine était produit par Procter&Gamble, qui, non seulement avait dans ses data la date de naissance de ses enfants, mais aussi la sienne !

Ce support, qui se voulait dédié à la cible féminine de plus de 50 ans,  n’était rien d’autre qu’un pur produit de « brand content ». Car au-delà d’articles, tous plus confondants les uns que les autres, sur les dégâts de la ménopause, ceux-ci étaient remplis de « discrets » placements de produit. Car oui, à 50 ans, vous avez forcément des fuites urinaires ! Et de quoi les femmes ne peuvent-elles se passer ? De jolies culottes en papier des plus sexy ou encore de la fameuse serviette anti fuite pour sauter en parachute ou faire du vélo !  Vous les avez déjà vues les mamies qui pédalent en couche-culotte aux heures de grande écoute de la ménagère de plus de 50 ans et qui rient du plaisir d’avoir retrouvé toute la joie de la promenade en forêt grâce à « Always Discreet » ?  Donc, après avoir acheté des milliers de couche-culotte à vos progénitures, et vous-même passé 35 à 40 ans sous la contrainte mensuelle de règles, vous changez juste de type de couches ! Ben voyons ! (on reviendra sur ce sujet horripilant la semaine prochaine, parce qu’il ne faudrait pas pousser Mémé…). Que dire d’autres articles sur le départ des enfants du doux cocon familial, auxquels, pour faire penser à leur jolie maman, il faudrait mettre dans leur valise pour leur premier emménagement … un vaporisateur de Fébrèze pour qu’ils retrouvent la bonne odeur du nid ou un pack de leur lessive préférée (https://www.victoria50.fr/vie-de-couple-et-famille/article/quand-les-enfants-quittent-la-maison). On hallucine …

Devenir senior/quinqua, c’est donc, clairement, être prise – quand on est femme, s’entend –  pour une conne réjouie qui se pisse dessus.

Revenons à nos moutons et plus précisément à la définition de « senior ».

Bien compliqué, donc, de s’y retrouver. Sauf à croire son médecin, pour lequel, on devient senior à 70 ans. Ce qui redonna le sourire à votre Quinqua, lors de sa dernière visite pour cause de douleur tendineuse, alors qu’elle disait au jeune et joli remplaçant de son toubib habituel  « Docteur, ces douleurs, est-en rapport avec le vieillou ? » et qui lui répondit avec un si joli sourire, dans son pull bleu pervenche moulant un torse de rugbyman et des biceps de folie … « mais non, cela n’a aucun rapport, vous êtes encore jeune … vous avez 20 ans devant vous !!! ». Si elle avait pu, elle aurait sauté sur le bureau pour lui rouler une pelle … mais elle ne fait pas ça avec de jeunes inconnus (dommage, direz-vous ? … possible !).

En fait, c’est peut-être cela vieillir … se dire que l’on ne peut pas plaquer son médecin au mur parce qu’il a 20 ans de moins. Bon, cela étant dit, il n’est pas sûr non plus que cela soit facile à la première quinqua venue de plaquer qui que ce soit au mur. Pas même un moustique. Parfois encore plus durs à coller au mur qu’un Apollon. Toutes ne sont pas armées de manière identique.  Passons.

Peut-être après-tout que devenir senior, c’est être empêché de faire ou s’empêcher de faire.

Ne plus mettre de mini-jupe ou de cuissardes parce que l’on craint le regard des autres (non mais ! tu as vu la dégaine qu’elle a … à son âge ? c’est indécent … ridicule … encore une qui ne veut pas vieillir). OK, on se place là du point de vue des femmes. On le sait tous, à quelques rares exceptions, il est plus simple de passer les 50 ans quand on est homme plutôt que femme … Un peu comme pour les cheveux blancs.

Notamment, autre disparité : sur le marché du travail. Combien de femmes sans emploi, ne retrouvent pas chaussure à leur pied parce qu’on leur préfère des plus jeunes ? … c’est une triste réalité. Combien de femmes, bardées de compétences, avec des envies de changer de job, et qui prospectent pour « aller voir ailleurs », ne reçoivent jamais la moindre réponse à des candidatures pour lesquelles elles ont le « profil adéquat » ? …

Être senior, c’est peut-être, et avant tout, baisser les bras. Se dire que tel rêve est devenu inaccessible, ou que telle chose,que l’on aimait par dessus tout, n’est plus d’actualité. Qu’on a « passé l’âge » en filant s’acheter sa première Téna ou Always Discreet ! Misère !

Certes, on a peut-être passé l’âge des conneries. Mais pas de rêver d’en faire. Et de s’en accorder quelques-unes.

ENCORE.

Juste parce qu’on n’est pas encore MORT(E).

 

5 réflexions au sujet de “Enfin senior ? Foutaise !”

  1. Enfin !!! …merci de rire de nous …..de nous faire connaitre et reconnaitre ..les quinquas ..droles ..fun…….nos passions ..nononon pas le tricot …ni le crochet ..nos amours ..on aime encore oui ! les amies ..les soirees rose rigolade…. a se pisser dessus !…(suis pas fachee avec les accents ..mais sur mon samsung ..de @@@ ne veux pas que je les retrouve)

    Aimé par 1 personne

  2. Bravo pour ce billet qui me plait beaucoup, je lutte contre cette discrimination faite aux quincas et plus depuis longtemps, et je ne peux qu’applaudir. J’ai l’impression que l’on nous met dans des cases, comme au zoo ! Je vais également partager Belle journée

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.